A 100 ans, elle rêve… d’une tarte al d’jote !
Affichage pour les mal voyants

Seniors - 16.10.2017 - Marie-Claire Dufrêne

Juliette Derouck a fêté ses 100 ans le 1er octobre.


Juliette Derouck a fêté ses 100 ans le 1er octobre, entourée de ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants : plus de 30 personnes au total. La fête s’est déroulée dans un excellent restaurant de Nivelles, avec un minimum de discours : c’était le souhait de la jubilaire.

« J’ai malheureusement perdu une fille au mois d’avril. Compte tenu de ces circonstances, je préférais une fête dans le calme. »

Originaire d’Ellezelles, Juliette Derouck a vécu à Isières (Ath) après son mariage, puis à Nivelles à partir de 1952.

« Nous y avons repris un commerce d’alimentation. J’y ai élevé mes 5 enfants, en aidant mon mari au magasin. »

Madame Derouck se souvient des vacances en caravane (elle aimait beaucoup l’Espagne) et des jours heureux passés dans la cité aclote, où elle appréciait d’aller boire une bière Jean de Nivelles, sur la Grand-Place (uniquement le dimanche !). Elle se souvient aussi du carnaval, auquel toute la famille participait.

« J’ai cousu beaucoup de costumes. Mon mari (NDLR : Robert Dubois) conduisait un char. C’était un moment de joie. »

Et quand on évoque la tarte al’djote, ses yeux pétillent : « J’adore ça ! J’en suis privée ici mais suis prête à en faire venir quelques-unes pour les faire goûter aux autres, si on trouve le moyen de les réchauffer ! »

Sociable et tolérante

Les autres. Madame Derouck y est très attentive. Elle aime le contact, participant volontiers aux activités, descendant au restaurant pour y prendre ses repas, rendant tous les jours visite à sa voisine Ghislaine (100 ans au compteur également) pour lui faire part des nouvelles de la résidence.

« Je vis au Colvert depuis 11 ans. J’y suis bien, il y a tout ce qu’il faut. J’ai la chance de marcher encore et d’avoir conservé ma mémoire. L’été, nous sommes toujours au jardin. Malheureusement je ne sais plus lire et je limite la télévision, qui fatigue les yeux. Je reçois souvent de la visite : j’ai un fils qui habite à Céroux, une fille à Limal... »

La jubilaire évoque aussi sa complicité avec les membres du personnel. Elles étaient d’ailleurs quatre autour d’elle - la kiné Fabienne Vannedervelde, l’ergothérapeute Cécile Aubry, l’éducatrice Laura Colsoul et la logopède Eloïse Devaux - pour recevoir l’échevine de l’Etat Civil Annie Galban-Leclef et l’échevine en charge des Aînés Julie Chantry, le 16 octobre.

Les représentantes du Collège ont tenté de connaître la recette, pour atteindre 100 ans en aussi bonne forme. « Il n’y en a pas ! », s’est amusée Juliette Derouck. « On voit les années passer et on ne se rend même pas compte qu’on vieillit. »

Il semble cependant que la centenaire ait toujours été très volontaire: même quand elle n’est pas bien, elle se lève. Courageuse et déterminée : félicitations Mme Derouck !
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer