Menace sur les limaces !
Affichage pour les mal voyants

Mon environnement - 30.04.2013 - Marie-Claire Dufrêne

Le 28 avril, une vingtaine d’habitants du Biéreau ont signé la charte d’engagement des ASBL Adalia et Natagora pour un quartier sans pesticides. Le bourgmestre Jean-Luc Roland l’a signée aussi, au nom de la Ville.


Jardiner sans pesticides, c’est possible ! Notre Ville - dans le cadre du projet « Quartier en santé… sans pesticides » des ASBL Adalia et Natagora - organisait une formation théorique et pratique « Des alternatives concrètes aux pesticides ! » à destination de ses habitants, le 28 avril, dans les locaux de l’Association des Habitants de Louvain-la-Neuve.

Une vingtaine d’habitants du Biéreau y ont participé, avant de s’engager à ne plus employer de pesticides chimiques de synthèse dans leur propriété.

« La Ville nous a choisis, avec le Buston à Limelette, pour être « quartiers pilotes » en 2013. En signant la charte, nous nous engageons à ne plus utiliser de pesticides dans notre jardin », explique Bernard Gastmans, résident du Biéreau. « Nous devrons choisir des plantes adaptées et de préférence indigènes. En cas de problème, nous devrons identifier la cause de celui-ci et observer son évolution avant d’agir. Nous devrons aussi adopter une certaine tolérance aux « indésirables ». Et en ultime recours, utiliser des techniques de lutte alternatives. »

Eau chaude, sel et vinaigre

Ces techniques, les habitants les ont découvertes avec les animateurs d’Adalia, Pauline de Wouters et Bastien Domken. Ils ont appris comment lutter contre les limaces, chenilles, fourmis et autres pucerons, au moyen de procédés naturels : piège à bière pour capturer les limaces (attention de bien diluer la bière, pour ne pas risquer d’attirer tous les mollusques du voisinage !), savon de Marseille pour dégoûter les pucerons, glu pour encoller les fourmis…

« Les fourmis, c’est une catastrophe à Louvain-la-Neuve ! Elles mangent les châssis », constate Marie-Anne Gailly, de l’avenue de l’Espinette. « Pour être fidèle à ma signature, je m’y mets dès cet après-midi : eau chaude, sel et vinaigre pour combattre les mauvaises herbes de mon parking ! Après quoi, je m’attaquerai aux pissenlits, avec un couteau pointu pour atteindre les racines. Mais j’en laisserai quand même quelques-uns, parce que c’est joli ! »

Claudine Till, de la rue de la Neuville, est convaincue du fait que la santé dépend de ce qu’on respire et de ce qu’on avale. « Pour la préserver, il faut vivre dans un environnement sain, le plus près possible de la nature et en évitant les produits nocifs. Je suis enchantée de ce que j’ai appris aujourd’hui, j’en parlerai autour de moi. »

C’était bien le but de l’initiative : les vingt participants ont emporté des copies de la charte avec la ferme intention de la faire signer par leurs voisins, afin qu’on puisse véritablement qualifier le Biéreau de quartier sans pesticides.

Zéro phyto en 2019

La réduction des pesticides vaut aussi pour les espaces verts communaux.

« La législation impose une gestion « zéro phyto » des espaces publics d’ici 2019, avec une phase transitoire à partir de 2014 », rappelle Pauline de Wouters. « Ottignies-Louvain-la-Neuve a pris de l’avance et nous la soutenons dans ses différentes démarches, en proposant une formation pratique pour le personnel communal et les citoyens. »

Notre Ville est parvenue à réduire de plus de moitié la quantité de pesticides répandue sur ses espaces publics.

« En 2010, nous achetions encore pour 11.000€ de pesticides. Cette année, nous ne dépenserons pas plus de 5000€ en produits », annonce l’éco-conseillère Dorothée Hébrant.

Le bourgmestre Jean-Luc Roland a signé la charte, au nom de la Ville. « Il s’agit d’un changement culturel, pour nos équipes. Les ouvriers doivent apprendre une nouvelle façon d’agir. Des sommes importantes ont été investies dans l’achat de machines à brosses mécaniques. Mais la suppression des « indésirables » est moins radicale : quand il y a une repousse, il faut repasser ! Si les hommes voient que les habitants font un effort de leur côté, ce sera plus motivant. »

Et le bourgmestre d’annoncer que, si les résultats de cette opération sont positifs, celle-ci pourra être étendue à d’autres quartiers de la ville.
Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer