Voeux aux corps constitués
Affichage pour les mal voyants

Hotel de Ville - Vie politique - 27.01.2020 -

Le discours prononcé par la bourgmestre Julie Chantry à l'occasion de la cérémonie des voeux, le 24 janvier au Centre culturel d'Ottignies.


Bonsoir à toutes et tous,

Au nom du Collège communal, je vous remercie d’avoir répondu à notre invitation, et vous souhaite la bienvenue à cette soirée qui a cette année une double vocation : tout d’abord, vous présenter les vœux du Collège avec le traditionnel discours rétrospectif sur l’année écoulée et les mises à l’honneur, et ensuite la remise du Pôle d’or pour l’année 2019, cette récompense qu’Ottignies-Louvain-la-Neuve, en tant que Pôle culturel du Brabant wallon, remet chaque année à un… ou à une artiste. C’est donc une soirée conviviale, informative, et artistique que nous allons partager ensemble. Et je vous propose d’entrer directement dans le vif du sujet, en passant en revue les faits marquants de l’année 2019.

2019

Permettez-moi de commencer par évoquer la manière dont j’ai ressenti cette première année de la mandature. Ce fut une première pour moi, en tant que bourgmestre, à la fois au Conseil communal et au Collège. De même pour les deux nouveaux échevins qui ont rejoint le Collège en 2018, et pour toute une série de nouveaux conseillers communaux élus pour la 1ère fois.

Si je dois dresser un bilan, je dirais que cette première année a fort logiquement été avant tout une année de mise en place et d’installation dans nos nouvelles fonctions. Mais ce fut aussi une année très dense, avec beaucoup de dossiers très diversifiés et parfois très compliqués. Une année parfaite pour comprendre comment les choses fonctionnent dans une commune, avec ses joies… et ses difficultés.

Ceux qui ont connu la précédente mandature vous le diront : l’ambiance au Conseil communal a changé, d’une part avec l’arrivée d’un bon nombre de nouveaux visages au sein des partis politiques qui étaient déjà présents, mais aussi avec l’installation dans l’opposition de la liste citoyenne Kayoux, dont la manière de faire, originale et différente, a suscité de nombreux commentaires, voire des incompréhensions, tant au sein de la majorité que sur les bancs de l’autre parti de la minorité…

Pour moi qui participe pour la 2e fois à une majorité, je découvre que le début d’une nouvelle mandature impose de nombreuses explications, que ce qui était acquis à la fin de la précédente mandature ne peut plus être d’office considéré comme tel, et qu’il faut donc porter en permanence une attention particulière à la présentation claire et complète des dossiers. Cela nous demande d’être pédagogiques, patients et compréhensifs, car tout le monde ne connaît pas l’historique parfois… méandreux de tel ou tel dossier. Mais ces explications permettent ainsi aux nouveaux mandataires de se positionner en connaissance de cause, et d’apporter des points de vue renouvelés, de nouvelles idées et de nouveaux questionnements, qui enrichissent notre analyse commune.

En ce qui concerne le Collège, cette première année de fonctionnement a été très positive, et nous pouvons être fiers de ce que nous avons déjà mis en place. L’ambiance de travail entre nous est très bonne, et la cohésion de la majorité est bien réelle. Et cela malgré un changement d’importance, qui a été annoncé tout récemment, mais qui doit encore être validé au Conseil communal de la semaine prochaine : je veux bien sûr parler du départ du Collège de Cédric du Monceau, qui sera remplacé en tant qu’échevin par Yves Leroy. Il s’agit en fait d’un échange entre les fonctions des deux hommes, puisque Cédric prendra de son côté la fonction de président du Conseil communal, qu’Yves occupait jusqu’ici.

Bien que nous nous réjouissions de l’arrivée d’Yves Leroy au sein du Collège, il faut reconnaître que le départ de Cédric nous privera de sa très bonne connaissance de notre commune, et de sa longue expérience politique, même s’il ne se retire pas complètement de la vie politique puisqu’il reste président du Conseil. Je profite de cet instant pour le remercier sincèrement pour son engagement au service de notre Ville et de ses citoyens… Et je ne ferai pas plus longuement son panégyrique, car on pourrait avoir l’impression qu’il nous quitte définitivement ;-).

Dès la mise en place de la majorité, un des premiers chantiers d’envergure auxquels nous nous sommes attaqués a été la réalisation du Programme Stratégique Transversal (en abrégé le PST). Il s’agit d’un document de planification qui reprend l’ensemble des objectifs et des actions que la majorité souhaite concrétiser d’ici 2024. Un travail d’envergure, qui a été construit en totale collaboration avec l’administration. Le document final, composé de 167 fiches actions détaillées, a été présenté au Conseil communal du mois d’octobre ; il est consultable sur notre site internet, pour tous ceux qui souhaitent en prendre connaissance. En fin d’année, ce fut au tour de notre CPAS de présenter son premier PST, ainsi que sa première déclaration de politique sociale. Il s’agit de nouveaux outils qui permettront au CPAS de mieux programmer sa vision à long terme.

En réalisant notre Programme stratégique, nous avons aussi dû nous plonger dans la réalité financière de la ville, et élaborer un budget pluriannuel réaliste. Nous avons ainsi chiffré le coût des nouveaux projets que nous souhaitions mener à bien, pour les ajouter à tout ce qui se fait déjà dans notre commune. Nous avons ensuite établi les perspectives financières et élaboré notre budget 2020. Nous avons bien sûr travaillé sur les dépenses, avant de prendre la décision certes peu populaire d’augmenter les impôts locaux. Cette décision nous est apparue nécessaire non seulement pour continuer à faire d’Ottignies-Louvain-la-Neuve, une ville où il fait bon vivre, mais aussi afin de pouvoir faire face à de nouveaux défis.

En élaborant notre Programme Stratégique transversal, nous avons défini les 5 axes majeurs de notre action politique pour les années à venir. Ces cinq axes vont constituer la trame de notre rétrospective de l’année. Il s’agit d’objectifs stratégiques qui nous servent de référence pour notre action politique, mais nous permettent également d’encadrer toutes les thématiques qui forment la vie communale, que ce soit en matière d’urbanisme, de mobilité, d’environnement, de sport, de culture, de festivités….

Notre premier objectif vise à développer la qualité de vie, en privilégiant l’équilibre générationnel et social. Cet objectif touche bien entendu au développement des logements et à l’aménagement du territoire, afin que les projets contribuent bien à une amélioration de la qualité de vie à Ottignies-Louvain-la-Neuve. Nous nous sommes dès lors engagés à ce que les principaux développements urbanistiques sur notre territoire soient localisés dans les centres urbains, à proximité directe des services, permettant ainsi de préserver les zones plus rurales. Pour nous, cet équilibre doit également se traduire par une part significative de logements publics. C’est pourquoi nous sommes fiers d’être une des rares communes du Brabant wallon à compter plus de 10% de logements publics.

A la lumière de cette ligne de conduite, je vous propose à présent de prendre un peu de hauteur, et de passer en revue les chantiers d’importance qui ont été menés tout au long de l’année écoulée.

Du côté d’Ottignies, on remarque tout d’abord l’avancement du chantier de la maison de repos et résidence service du Village du bien-être sur le site de l’ancien château Balzat, à proximité directe de la gare d’Ottignies. Les travaux avancent bien, et l’ouverture de la future maison de repos de 150 lits et de la résidence-service de 34 appartements est programmée pour le début de l’été.

Au Stimont, c’est un nouveau petit quartier qui sort de terre, venant compléter les trois immeubles qui ont été érigés près du rond-point. On y trouve des appartements et des maisons unifamiliales, organisées autour de nouvelles voiries de quartier.

Du côté de Limelette, le premier arbre du chantier des Jardins de la Balbrière a été planté en septembre, tandis que les premiers travaux de démolition des entrepôts de Benelmat sur le site du futur quartier Samaya vont débuter prochainement, suite aux réunions publiques et au permis octroyé.

A Louvain-la-Neuve, c’est le chantier AGORA, à côté de l’Aula Magna, qui arrive à terme. L’hôtel, les logements et les appartements en résidence service sont progressivement occupés.

Du côté de la E411, l’imposant China Belgium Technology Center (le fameux CBTC), finalise également son chantier. L’inauguration est prévue à l’automne prochain.

A proximité directe du centre de Louvain-la-Neuve, le quartier Courbevoie est à présent largement sorti de terre. Il est constitué d’un ensemble de grands bâtiments qui accueilleront à terme plus de 450 logements et 8500 m2 de bureaux. Si on regarde Courbevoie depuis le quartier de la Baraque, c’est la rue de la Flèche qui prend progressivement forme, et on voit depuis peu le parc se dessiner, avec son plan d’eau et ses espaces verts. Les premiers occupants devraient arriver prochainement.

Evoquons à présent deux chantiers pilotés par la Ville dans le haut de Louvain-la-Neuve. Tout d’abord, le réaménagement d’envergure de la place des Wallons, qui est à présent terminé. Ce nouvel espace public, très belle réussite de nos services, sera inauguré au printemps. Il permettra de renouveler l’attractivité du haut de la ville et de dynamiser le lien entre le bas de la ville et le nouveau Musée L.

Le deuxième chantier géré par la Ville est celui de la rénovation des écuries de la Ferme du Biéreau, qui devrait s’achever à l’automne prochain. Cette rénovation permettra d’offrir un espace d’accueil plus approprié que la grande salle pour des concerts plus intimes, puisque les nouvelles écuries permettront d’accueillir une centaine de spectateurs maximum. Une salle de réception sera également aménagée à l’étage, ainsi que des locaux techniques.

Pour répondre à notre engagement d’amélioration de la qualité de vie dans notre ville, nous devons avoir les idées claires et une vision d’ensemble sur comment nous souhaitons poursuivre l’urbanisation de notre territoire. C’est pourquoi toute une série d’outils urbanistiques sont en cours d’élaboration. Quels sont-ils ?

A Ottignies, nous poursuivons nos réflexions sur l’avenir du centre via le Plan Communal d’Aménagement (le PCA) du Douaire, dont l’adoption provisoire devrait se faire cette année. C’est aussi le cas du Masterplan de la gare d’Ottignies, dont l’opérationnalisation est en train de se préciser avec la SNCB et les TEC ; ces deux réflexions avancent bien.

A Louvain-la-Neuve, l’année 2019 a vu la réalisation du processus participatif lié au SOL (Schéma d’Orientation Local) de L’esplanade, qui s’est tenu de mars à juin. Sur base des résultats de cette démarche participative, le Collège a arrêté l’avant-projet de carte d’orientation sur cette zone, document qui a été présenté au Conseil communal de décembre.

En étroite collaboration avec l’UCLouvain qui porte le projet, nous avons travaillé tout au long de l’année sur un autre Schéma d’Orientation Local (SOL), celui du futur quartier Athéna–Lauzelle, pour définir les grandes lignes de l’urbanisation de ce futur éco-quartier. Comme pour le SOL de L’esplanade, le processus de réflexion a prévu une phase de participation citoyenne. Nous avons d’ores et déjà un accord avec l’UCLouvain pour que 10% des futurs logements qui se développeront dans ce quartier le soient sous la forme de Community Land Trust, une formule qui permet de mettre à disposition des biens à des prix inférieurs aux prix du marché. Ce qui ne peut qu’être bénéfique dans notre ville, au vu des prix actuels de l’immobilier.

Enfin, l’année 2019 a été marquée par l’annonce du futur déménagement de la clinique Saint-Pierre vers un terrain situé à Wavre, aux abords de l’autoroute. On peut regretter ce choix, mais il nous laisse en tout cas le temps de préparer ce qu’il adviendra de ce site, puisque le déménagement n’aura pas lieu avant une dizaine d’années.

Dans notre commune, la mobilité est une problématique majeure, que ce soit en matière de déplacements mais aussi en matière de stationnement. Dans ce domaine, nous avons la volonté de prendre des mesures fortes pour améliorer la situation. Il s’agit de notre deuxième objectif : tendre vers une mobilité apaisée et partagée.

Afin d’avoir une vue d’ensemble en matière de mobilité, nous avions élaboré en 2003 un premier Plan Communal de Mobilité (PCM), puis dans la foulée un Plan communal cyclable. Nous nous sommes basés sur ces deux plans pour mener toute une série de chantiers depuis lors. Grâce à l’étude de mobilité du masterplan de la gare d’Ottignies, notre perception de la mobilité à Ottignies a été affinée. Au vu du développement de Louvain-la-Neuve, une actualisation du PCM sur cette partie de notre territoire est alors apparue indispensable. Cette actualisation conséquente est entrée en 2019 dans sa dernière ligne droite, et le nouveau Plan va être soumis en ce début d’année au Collège et au Conseil, puis va faire l’objet d’un long processus d’approbation, avec enquête publique, pour qu’il puisse être complété et amendé suite aux réactions des citoyens. Dans sa version finale, il devrait être approuvé début 2021.

En parallèle de cette actualisation du PCM, nos services planchent actuellement sur l’élaboration d’un programme d’action ambitieux en matière de mobilité, comprenant des mesures fortes tant en matière de stationnement que de circulation. A titre d’exemple, ce Plan doit nous permettre de fixer les étapes pour étendre les zones 30 à tous les quartiers de sorte que le 30 km/h devienne la norme en agglomération. Une fois encore, pour nous assurer que ce qu’il prévoira correspond au mieux aux attentes et aux idées de la population, ce Plan fera l’objet d’un important processus participatif, avant approbation.

Vous avez tous déjà entendu parler du parking RER situé sous le quartier de Courbevoie. Le chantier du raccordement de ce parking à l’autoroute a débuté en janvier 2019 et devrait se terminer à l’automne prochain. Il y aura alors enfin une connexion directe entre l’autoroute et le parking, ce qui devrait permettre d’augmenter la fréquentation de cet immense parking de 3600 places qui, il faut bien le reconnaître, peine à trouver ses utilisateurs pour l’instant.

A la gare d’Ottignies, c’est la nouvelle passerelle reliant le parking des Villas à l’esplanade de la gare d’Ottignies qui a été inaugurée en mars 2019. La démolition de l’ancienne passerelle en béton, en très mauvais état, a suivi dans la foulée ; elle a maintenant complètement disparu du paysage. Les cinq quais desservis par cette nouvelle passerelle équipée d’ascenseurs (dont les quais vers Bruxelles, Namur et Louvain-la-Neuve) sont enfin accessibles aux personnes à mobilité réduite, ce qui était une réelle nécessité pour une gare comme celle d’Ottignies, qui dispute à Namur le titre de gare la plus fréquentée de Wallonie.

Enfin, au cours de cette année, la Ville a également répondu à un appel à projet de la Région wallonne sur les Territoires intelligents, avec un projet de navette autonome. Ce projet, porté par la Ville, rassemble un grand nombre de partenaires parmi lesquels la Région wallonne, qui va apporter un important soutien financier. Nous entrons à présent dans la phase de concrétisation. Cette future navette au doux nom de « Navajo » va nous permettre de tester l’utilisation d’un véhicule sans chauffeur dans un contexte urbain, puisqu’à terme, elle reliera la gare de LLN au parc scientifique, jusqu’au CBTC. Une prouesse technologique qui correspond bien à l’image de notre ville comme pôle d’innovations !

S’il est un objectif qu’une majorité comme la nôtre se doit de concrétiser dans les années à venir, c’est bien celui qui correspond au 3e des axes qui structurent notre action : celui de l’accélération de la transition écologique et sociétale. C’est pourquoi nous avons indiqué dans notre Programme stratégique transversal un grand nombre de mesures pour positionner prioritairement notre commune dans la voie de la transition écologique.

C’est ainsi qu’en 2019, nous avons lancé notre Plan d’action zéro déchet, qui définit toute une série d’actions visant à atteindre le zéro déchet, tant au niveau de l’administration communale que des citoyens. Cela concerne également la propreté publique, pour laquelle la population d’Ottignies-Louvain-la-Neuve se mobilise fortement chaque année via Be Wapp, et récemment via une campagne de poubelles grafées pour améliorer leur intégration dans le paysage.

Tout comme 2018, 2019 a vu une diminution de 2% de la production totale de déchets ménagers sur notre commune (cela équivaut à 70 tonnes), ce dont on peut vraiment se réjouir. En vue de réduire encore plus cette production de déchets, nous envisageons le passage dans les années à venir à la poubelle au poids, meilleure application du principe du pollueur-payeur.

Un autre gros dossier, qui a bien occupé notre service Environnement, est celui du retour de la nature en ville. Dans ce cadre-là, nous avons décidé de diminuer les tontes dans certains espaces verts gérés par la Ville. Ces interventions humaines et mécaniques sont remplacées par une gestion de prairies à chevaux (aux Bruyères) et bientôt à moutons (à la prairie Orban). Toujours pour favoriser ce retour de la nature dans le tissu urbain, nous avons effectué avec les habitants une grande plantation d’arbres au Buston.

Avec la mise en assec du lac de Louvain-la-Neuve géré par l’UCLouvain, les graines contenues dans les vases ont pu germer, permettant un beau développement des plantes aquatiques avant le retour de l’eau. L’eau est aujourd’hui quasi revenue à son niveau habituel, et les poissons seront réintroduits dès lundi prochain.

Toujours dans le domaine de l’environnement, je dois évoquer un dossier de demande d’installation d’une antenne GSM à Limelette, à proximité immédiate d’une crèche et d’une école. Ce projet a fortement mobilisé les riverains ces dernières semaines. Avec eux, et en s’appuyant sur le principe de précaution, la Ville s’est opposée à cette installation. Nous avons appris tout récemment que le ministre de l’aménagement du territoire a finalement accordé le permis contre l’avis de la Ville et des riverains. Mais le dossier n’est pas clos et nous étudions les recours possibles.

En matière énergétique, on peut se réjouir de la nette diminution de la consommation énergétique des bâtiments de la Ville. Cette diminution traduit bien le résultat des actions prévues dans notre Plan d’Actions Energie Durable ; elle a débuté voici plusieurs années et s’est confirmée en 2019, grâce au travail de notre service Energie. En vue d’inviter les citoyens à aller dans ce même sens, nous avons lancé, en 2019, une plateforme de rénovation énergétique dont le but est d’inciter chaque année plus de citoyens à entrer dans une démarche de rénovation énergétique de leur habitation, en bénéficiant d’un accompagnement sur mesure.

Un autre point d’attention de la majorité lié à la transition concerne l’alimentation durable. A ce sujet, notre Ville est fière d’avoir reçu le prix 2019 du marché public le plus responsable pour le marché des repas scolaires bio et locaux dans nos écoles communales. Notons également que cette même année, le CPAS a décidé lui aussi de faire évoluer son marché de repas en intégrant des critères locaux et bio.

La qualité des services offerts dans notre Ville est souvent saluée. C’est une chose que nous souhaitons maintenir, et qui nous tient à cœur. C’est pourquoi nous nous fixons comme 4ème objectif d’être une ville ouverte à tous, comportant des services diversifiés accessibles à chacun.

Afin de répondre à cet objectif, la Ville a réalisé cette année toute une série de travaux en vue d’améliorer la qualité de l’accueil. J’évoquerai tout d’abord la Ferme du Douaire où, suite au départ de la pétanque, des travaux ont été réalisés afin de permettre le déménagement de la bibliothèque et l’installation du Cercle d’histoire "Chago", qui a ainsi pu fêter ses 25 ans dans ses nouveaux locaux.

Le rez-de-chaussée de la Mégisserie, situé près de TVCom, a été aménagé pour accueillir la Maison de l’Emploi, qui avait quitté en 2018 ses anciens locaux de la rue du Moulin à Ottignies.

Le CPAS de son côté a procédé à la création de trois logements de transit en plus à la chaussée de la Croix, ainsi que d’un logement moyen. Des travaux d’amélioration au niveau de toutes les salles de bain de la résidence du Moulin ont également été réalisés en 2019 par le CPAS, qui a également ouvert un nouveau co-accueil de la petite enfance à la Sapinière, et a inauguré la nouvelle implantation de la crèche Les Colibris à l’avenue des Vallées, en face de l’école Notre-Dame.

Enfin, en matière scolaire, la Ville a initié un chantier d’importance à l’école de La Croix, avec la construction d’une extension comprenant deux nouvelles classes, qui devrait se terminer tout prochainement.

De nouveaux services associatifs se sont développés au sein de notre ville : 2019 a ainsi vu la création d’une nouvelle maison médicale à Louvain-la-Neuve, appelée Passerelle santé, ainsi qu’une nouvelle implantation (provisoire) du centre de jour Un Toit Un Cœur (plus connu sous le nom de UTUC) au centre de Louvain-la-Neuve.

A Ottignies, c’est la Maison Réseau qui travaille sur la prévention des assuétudes qui s’est installée à la rue du Moulin dans les anciens locaux de la Maison de l’emploi. Enfin, l’année dernière a vu l’inauguration du nouveau gîte d’étape joliment baptisé « Mozaïk », mettant ainsi sur le marché des chambres à un prix très démocratique.

Ottignies-Louvain-la-Neuve est une ville qui bouge, qui vit, où une foule d’événements sont continuellement proposés. Je citerai, pêle-mêle, parmi les plus grands événements qui ont rythmé 2019 : les 24Heures vélo, le bal aux lampions de Céroux, l’inauguration de la nouvelle salle d’athlétisme indoor, les journées du patrimoine, la 2ème édition du Festival Maintenant, Louvain-la-Plage, l’inauguration de la Big bang Route, nouvelle route cyclable qui relie Ottignies-Louvain-la-Neuve à Leuven, les Fêtes de Wallonie, la 3ème édition d’Arts d’hiver dans le centre d’Ottignies, City Sonic, Louvain-la-Neige, la visite de la reine Mathilde pour la première journée en transition de l’université… et je pourrais continuer.

Un petit mot spécial cependant sur les cérémonies des 75 ans de la libération car, à cette occasion, un défilé de véhicules militaires de la guerre 40-45 a traversé notre commune en passant par Céroux, le centre d’Ottignies et ensuite le Stimont, reconstituant ainsi le trajet emprunté le 6 septembre 1944 par les libérateurs d’Ottignies. Les véhicules d’époque étaient conduits par des soldats également en uniformes d’époque.

En parlant d’événements, je voudrais relever qu’en un peu plus d’un an de maïorat, j’ai dû déclencher trois plans d’urgence, qui se sont heureusement tous les trois biens passés. J’avoue que cette recrudescence me pose un peu question, sachant qu’en 18 ans de mayorat, notre précédent bourgmestre Jean-Luc Roland, n’a dû activer le plan d’urgence que… deux fois. Fort heureusement, aucun de ces incidents n’a causé de victime, ce qui en a certainement facilité la gestion. La première activation date de mai : une fuite de gaz suite à un accident aux abords de l’école Escalpade a nécessité l’évacuation de tous les enfants de l’école pendant quelques heures. La deuxième début décembre, suite à des odeurs suspectes dans un immeuble d’étudiants du centre de Louvain-la-Neuve, ayant amené l’évacuation d’une vingtaine d’étudiants, finalement sans gravité. Enfin, vous aurez certainement encore tous en tête l’important incendie de l’entrepôt de Realco dans le parc scientifique, il y a tout juste deux semaines. J’en profite pour assurer l’entreprise de tout notre soutien, et rappeler que Realco avait été mis à l’honneur lors des vœux de la Ville en 1999.

Notre 5e et dernier objectif met en exergue la nécessaire participation des citoyens à la vie communale. Bien que nous ayons déjà mis en place un certain nombre de choses en la matière, cette participation doit en effet être renforcée, en vue de rendre les citoyens acteurs de leur ville.

J’ai évoqué plus tôt la réalisation de notre PST (notre programme stratégique transversal). Nous avons innové en donnant à ce document une dimension participative, puisque l’été passé, des réunions thématiques ont été organisées par les échevins avec les citoyens, pour passer en revue ce qui a été imaginé comme nouvelles actions dans le cadre du PST. Cela a permis de recueillir les avis des habitants sur ce qui se fait déjà et sur ce qui est programmé, et de prendre note des nouvelles idées. Nous sommes bien conscients qu’aujourd’hui, il est nécessaire d’associer les citoyens aux prises de décision sur les projets importants. C’est pourquoi nous avons associé un panel citoyen à la procédure urbanistique du SOL de l’Esplanade, pour nourrir nos réflexions des avis des habitants. Ce processus de 3 mois a permis à une vingtaine de personnes tirées au sort parmi des volontaires de se pencher en détails sur l’avenir de cette zone sensible.

Fin avril, nous avons soutenu la Commission européenne qui a organisé à LLN un dialogue citoyen sur l’énergie, avec un beau succès de participation. Et une rencontre citoyenne a également été organisée à Céroux à propos de l’urbanisation d’un terrain.

En décembre, nous avons voté à l’unanimité du Conseil communal une motion Commune hospitalière, fruit d’un travail de longue haleine mené en partenariat avec les associations et les citoyens actifs auprès des migrants. Ce processus a vu le jour en janvier 2019, suite à une intervention de la police d’Ottignies à l’encontre de migrants présents dans un train, dont les échos avaient suscité une forte vague d’indignation. Une journée de travail en commun a été organisée, et suite à celle-ci le texte de la motion a été rédigé conjointement par les citoyens, les associations et les politiques (tous partis confondus), et va très loin en termes d’engagements en vue d’améliorer la qualité de l’accueil des migrants à Ottignies-Louvain-la-Neuve. Nous sommes très fiers d’avoir mené à terme ce long processus, et je profite de l’occasion pour remercier une fois encore toutes les personnes qui s’y sont impliqués.

Enfin, je terminerai en évoquant le soutien de notre Ville à la Belgo-Nicaraguayenne Amaya Coppens, dont une partie de la famille est originaire d’Ottignies. Deux fois emprisonnée au Nicaragua pour avoir manifesté contre le régime du président Ortega, elle a finalement été libérée fin décembre. A chaque fois, des membres de sa famille ainsi que le groupe local d’Amnesty international se sont mobilisés pour réclamer sa libération, avec le soutien de la Ville et des citoyens d’Ottignies-Louvain-la-Neuve.

2020

Pour finir ce tour d’horizon, voyons à présent ce que 2020 nous réserve.

Dès le début de cette nouvelle année, des travaux vont débuter à la gare d’Ottignies, avec la rénovation des auvents des quais. Les quais seront ensuite rehaussés et améliorés. La reprise des travaux de mise à quatre voies est annoncée dans la foulée, et les 4 voies devraient être opérationnelles en 2025 ou 2026.

Au croisement de la N4 et de la N25, le projet de nouveau rond-point a fait l’objet d’une enquête publique en 2019. Il s’agit d’apporter une solution aux engorgements fréquents de ce nœud stratégique, en y implémentant un carrefour en diamant (parfois appelé carrefour à l’indonésienne), un dispositif particulier qui n’existe pas jusqu’ici en Belgique.

La Province du Brabant wallon a récemment lancé un SOL (schéma d’orientation local) pour le réaménagement du Bois des rêves. Celui-ci prévoit une rénovation complète des piscines, mais aussi de toute la partie accueil du parc, dont l’entrée va se déplacer, de même que toute une série d’infrastructures existantes (plaines de jeux, barbecues, piste cyclable, etc.). Afin de diversifier le public qui fréquente le domaine, de nouvelles infrastructures d’hébergement sont également prévues. Ce dossier devrait faire l’objet d’un point au Conseil communal prochainement.

Je n’ai pas encore évoqué jusqu’ici un très important dossier, qui est celui de la piscine olympique. Initialement prévue le long du boulevard de Lauzelle, près de l’école de Blocry, elle s’installera finalement à la place du bâtiment de la pisciculture et d’une bulle de tennis, se rapprochant ainsi des infrastructures du Blocry. Il s’agit une fois de plus d’un très gros dossier, dont le planning est particulièrement serré. Il suit son cours, non sans quelques difficultés. L’appel d’offres a été lancé et nous sommes à présent dans la phase d’attente des premières soumissions, qui sont attendues dans le courant du mois de février. L’attribution doit en tous cas être décidée pour mai 2020 pour des raisons de subsides, ce qui nous laisse très peu de marge de manœuvre.

Après la rénovation des écuries de la Ferme du Biéreau, ce sera au tour de la cour de la Ferme de connaître une profonde rénovation, pour en améliorer l’utilisation. Et pour continuer dans les infrastructures culturelles, cette année verra également le début des travaux de rénovation du Théâtre Jean Vilar, concrétisant ainsi un projet en gestation depuis plus de 20 ans.

Les jeunes se réjouiront certainement de savoir que la réalisation du skatepark au boulevard Baudouin, entre les terrains de hockey et le parking, va enfin pouvoir commencer. Le dossier est actuellement sur le bureau du ministre et n’attend plus que sa signature. Dès que nous aurons celle-ci, les travaux pourront débuter.

Vous ne le savez peut-être pas, mais toutes les eaux pluviales de Louvain-la-Neuve aboutissent dans le lac. Tout récemment, une action de sensibilisation a été lancée, menée conjointement par l’UCLouvain et la Ville. Juste à côté d’une cinquantaine d’avaloirs de Louvain-la-Neuve, des plaques ont été fixées qui disent « Ne jetez rien, ici commence le lac ». L’objectif est de rappeler au public que la cité universitaire est constituée d’un réseau d’égouttage séparatif, et que tout ce qui passe par les avaloirs aboutit dans le lac. Ce travail se poursuivra ensuite dans le reste de la commune.

Nous avons également l’ambition de réactualiser le PCDN, le Plan communal de développement de la nature, qui a été élaboré il y a plus de 20 ans. Un gros travail qui sera mené en partenariat étroit avec les citoyens. Enfin, pour les amateurs, je vous annonce déjà que 2020 sera l’occasion d’une nouvelle édition de la descente de la Dyle en Kayak.

Nous voilà arrivés au terme de ce tour d’horizon ; j’espère que ce kaléidoscope aura pu vous donner de notre ville une image fidèle à ce qu’elle est : une ville en constant développement, foisonnante d’activités, de projets, de dynamisme, d’innovation. Une ville dans laquelle une multitude d’associations, d’opérateurs et de citoyens s’investissent et s’impliquent, tournés vers le futur. C’est en tout cas l’image que j’ai de ma ville, que j’aime profondément. Je suis donc très sincèrement honorée et heureuse d’avoir été choisie pour y être la première femme bourgmestre… et vous remercie pour votre attention !

Liens vers d'autres sites



Nous contacterGaleries photosVie privéeNotes légalesPlan du siteNewsAgendaAnnuaireDocumentsVos réactionsCrédits
FR NL EN DE ES
fermer